Derivatives of ergot-containing medicines: new restrictions

Le Comité pour les médicaments à usage humain de l' Agence européenne des médicaments  a évalué toutes les données disponibles relatives aux médicaments contenant des dérivés de l'ergot de seigle. Il estime que leur balance bénéfices/ risques n’est plus favorable dans le traitement des troubles circulatoires, des troubles cognitifs et neuro-sensoriels ainsi que dans la prévention de la migraine. Il recommande aux médecins de réévaluer le traitement des patients auxquels ces médicaments sont prescrits.

Le Comité pour les médicaments à usage humain (CHMP : Committee for Medicinal Products for Human Use)  de l' Agence européenne des médicaments (EMA : European Medicines Agency)  recommande de limiter l'utilisation des médicaments contenant des dérivés de l'ergot de seigle. Ces médicaments ne devraient plus être utilisés pour traiter des problèmes de circulation sanguine, des problèmes de mémoire et des problèmes neuro-sensoriels, ou pour prévenir les migraines, car les risques sont supérieurs aux bénéfices dans ces indications. Cette recommandation est basée sur une réévaluation des données montrant un risque accru de fibrose (formation excessive de tissu conjonctif qui peut endommager les organes et structures du corps) et d'ergotisme (symptômes d'intoxication par l'ergot de seigle, incluant des spasmes et une obstruction de la circulation sanguine) suite à la prise de ces médicaments.

L’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments contenant des dérivés de l'ergot de seigle (dihydro-ergocristine, dihydro-ergotamine, dihydro-ergotoxine, nicergoline ou combinaison de dihydro-ergocryptine et de caféine) qui sont indiqués uniquement dans ces pathologies va être suspendue dans toute l'Union européenne (UE). Dans certains États membres, les dérivés de l'ergot de seigle sont également autorisés dans d'autres indications : traitement de la démence, (notamment de la maladie d'Alzheimer), et traitement (par opposition à la prévention) de la migraine aiguë. Ils resteront autorisés pour une utilisation dans ces indications.

En Belgique, les médicaments autorisés et commercialisés contenant des dérivés de l’ergot de seigle sont les suivants :
- Hydergine, Ibexone et Stofilan (dihydroergotoxine ou codergocrine)
Ces médicaments sont proposés pour l’amélioration symptomatique de troubles de la mémoire ou de troubles intellectuels entrant dans un cadre pathologique, en l’absence d’un diagnostic de démence.
- Diergo, Dihydergot et Dystonal (dihydroergotamine)
Diergo (dihydroergotamine) spray nasal est indiqué dans le traitement des crises de migraine.
Dihydergot comprimés est proposé dans :
     - le syndrome orthostatique : troubles circulatoires primaires avec hypotension et orthostatisme, et leurs symptômes tels vertiges et fatigue chronique;
     - l’ hypotension iatrogène (due aux psychotropes);
Dystonal est proposé dans le traitement de l’hypotension orthostatique.

Dans sa réévaluation, le CHMP a examiné toutes les données disponibles sur les bénéfices et les risques des dérivés de l'ergot de seigle, y compris les données provenant d'études cliniques, de rapports de sécurité post-commercialisation et de la littérature publiée. La réévaluation a été initiée en raison du risque identifié par l'Agence française de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) lors d’une réévaluation nationale de pharmacovigilance en 2011.

La fibrose peut être grave, voire fatale, et est souvent difficile à diagnostiquer en raison du retard d’apparition des symptômes. Elle peut être irréversible. Le CHMP souligne que le mécanisme par lequel les dérivés de l'ergot de seigle pourraient provoquer de la fibrose et de l'ergotisme, semble élucidé. Étant donné que la preuve des bénéfices de ces médicaments dans les indications visées est très limitée, le CHMP estime que leurs bénéfices dans ces indications ne l'emportent pas sur les risques de fibrose et d'ergotisme.

L'opinion du CHMP va être transmise à la Commission européenne pour l'adoption d'une décision juridiquement contraignante dans toute l'UE.


Informations pour les patients

• Les médicaments contenant des substances connues comme dérivés de l'ergot de seigle peuvent avoir des effets indésirables graves, appelés fibrose et ergotisme. Ainsi, ils ne peuvent plus être utilisés au sein de l'UE pour traiter un certain nombre de pathologies telles que des problèmes de circulation sanguine (qui affectent généralement les personnes âgées) ou des problèmes de mémoire et de sensibilité, ou pour prévenir les migraines, car les risques l’emportent sur les bénéfices.
• Vous devez prendre un rendez-vous (sans urgence) avec votre médecin si vous prenez un des médicaments susvisés : votre médecin confirmera si vous devez le remplacer par un autre traitement.
• Si vous vous posez des questions, parlez-en avec votre médecin ou votre pharmacien.


Informations pour les professionnels de la santé

• Les professionnels de la santé ne devraient plus prescrire des médicaments contenant de la dihydroergocristine, dihydroergotamine, dihydroergotoxine, nicergoline ou une combinaison de dihydroergocryptine et de caféine, pour chacune des indications suivantes :
     - traitement symptomatique des troubles cognitifs et neurosensoriels pathologiques chroniques chez le sujet âgé (à l'exclusion de la maladie d'Alzheimer et autres démences) ;
     - traitement auxiliaire de la claudication intermittente dans la maladie occlusive artérielle périphérique (PAOD stade II) symptomatique ;
     - traitement auxiliaire du syndrome de Raynaud ;
     - traitement auxiliaire de la diminution de l'acuité visuelle et des troubles du champ visuel présumés d'origine vasculaire;
     - traitement des rétinopathies aiguës d'origine vasculaire ;
     - prophylaxie de la migraine ;
     - traitement de l’hypotension orthostatique ;
     - traitement symptomatique de l'insuffisance veino-lymphatique.

• Le traitement des patients qui prennent actuellement ces médicaments pour une des indications ci-dessus doit être réévalué lors d’un rendez-vous médical de routine (non urgent).
• Certains dérivés de l'ergot de seigle sont approuvés dans certains États membres pour une utilisation dans d'autres indications thérapeutiques, notamment dans d’autres troubles circulatoires, dans le traitement de la démence (y compris la maladie d'Alzheimer) et dans le traitement de la migraine aiguë. La réévaluation du CHMP n’a pas porté sur ces indications; par conséquent, ces produits resteront autorisés et peuvent continuer à être utilisés dans ces indications.

L'opinion du CHMP fait suite à une réévaluation des données d'innocuité et d'efficacité disponibles sur les dérivés de l'ergot de seigle dans les indications mentionnées précédemment, incluant des données d’études cliniques, des données de post-commercialisation en Europe et de la littérature publiée : 
•  La fibrose a été plus fréquemment rapportée avec la dihydroergotamine, y compris la fibrose rétropéritonéale, cardiaque, pulmonaire et pleurale. On a rapporté moins de réactions fibrotiques avec les autres dérivés de l'ergot de seigle. Le CHMP note la difficulté de diagnostic de la fibrose (due à l'apparition tardive des symptômes) et la probabilité de la sous-notification des réactions fibrotiques.
• Les dérivés de l’ergot  de seigle sont connus pour induire de la fibrose, notamment la fibrose des valvules cardiaques, via l’activation des récepteurs sérotoninergiques, ce qui est largement décrit dans la littérature. La variabilité de l’affinité pour les récepteurs sérotoninergiques des différents dérivés de l'ergot de seigle et les doses thérapeutiques utilisées, peuvent expliquer les différences observées dans les fréquences des notifications des réactions fibrotiques.
• Les cas d’ergotisme ou de symptômes potentiellement associés ont été plus fréquemment rapportés avec la dihydroergotamine. Les patients sont jeunes (âge moyen de 41 ans), et ont présenté les symptômes peu de temps après le début de la prise de la dihydroergotamine (moins de 2 mois, moyenne: 2 jours). La gravité de ces effets indésirables et la possible issue fatale a été soulignée. Plusieurs cas d'ergotisme ou de symptômes potentiellement liés à l'ergotisme (y compris des cas graves de symptômes de constriction des vaisseaux sanguins périphériques) ont été également identifiés avec les autres dérivés de l'ergot de seigle.
• Les données d'efficacité disponibles pour les indications visées sont considérées comme très limitées. En outre, un groupe scientifique consultatif qui s'est réuni en décembre 2012 estime qu’il n’y a pas de preuve de nécessité thérapeutique pour les dérivés de l'ergot de seigle dans les indications couvertes par  la réévaluation.

Informations sur le médicament

Les dérivés de l'ergot de seigle sont des substances provenant de l’ergot de seigle qui est un champignon parasite du seigle. Cinq dérivés de l'ergot de seigle ont été considérés lors de la réévaluation du CHMP : la dihydroergocristine, la dihydroergotamine, la dihydroergotoxine, la nicergoline et la combinaison de dihydro-ergocryptine et de caféine.

Les médicaments contenant des dérivés de l'ergot de seigle ont un effet sur la circulation sanguine et ils ont été utilisés pendant des décennies pour traiter les affections circulatoires. Certains dérivés de l'ergot de seigle ont été utilisés pour traiter des affections touchant habituellement les patients âgés, telles que la maladie occlusive artérielle périphérique (PAOD, dans laquelle les grosses artères de l'organisme se bouchent) qui provoque une douleur lors de la marche, la maladie de Raynaud (dans laquelle l’apport en sang est bloqué au niveau des extrémités, habituellement au niveau des doigts et des orteils), et les troubles de la vue dus à des problèmes de circulation sanguine.
Ils ont également été utilisés pour le traitement des déficiences cognitives et neurosensorielles pathologiques chroniques (problèmes de mémoire et de sensibilité) et pour prévenir les migraines. Dans certains pays de l'UE, certains dérivés de l'ergot de seigle sont également autorisés dans d'autres indications non couvertes par la réévaluation du CHMP, notamment dans d’autres troubles circulatoires, dans le traitement de la démence (dont la maladie d'Alzheimer) et de la migraine aiguë.

Dans l'Union européenne, les médicaments contenant des dérivés de l'ergot de seigle ont été autorisés via des procédures nationales et sont commercialisés sous divers noms commerciaux. Les formes pharmaceutiques et les indications approuvées, de même que les concentrations et les doses varient dans les différents pays de l'UE.

Informations sur la procédure

La réévaluation des dérivés de l'ergot de seigle a été initiée le 18 janvier 2012 à la demande de la France, en vertu de l'Article 31 de la Directive 2001/83/CE. L'Agence française du médicament a demandé au CHMP de procéder à une évaluation de la balance bénéfices / risques et d'émettre un avis afin de décider si les AMM de ces médicaments doivent être maintenues, modifiées, suspendues ou retirées dans toute l'Union européenne.
L'opinion du CHMP sera transmise à la Commission européenne, qui rendra une décision finale en temps voulu.

Contact
vig@afmps-fagg.be

 

Last updated on
16/09/2013